Landes à callune… genêt poilu, Landes à Airelles

Plus basses que les landes à genêt à balai ou à genêt purgatif , ces landes se caractérisent par la présence d’arbrisseaux nains ou chamaephytes : la callune ou fausse bruyère et le genêt poilu. Leur strate herbacée, renferme des espèces communes à la nardaie (Nard raide, Danthonie rampante, luzules champêtre et multiflore, etc.). Lorsque l’altitude et l’humidité augmentent, la lande à callune accueille des Airelles qui deviennent exclusives sur les versants nord: Airelle myrtille et l’Airelle des marais. Sur les sommets les plus élevés vient s’ajouter l’airelle du mont Ida. À noter que de petites landines à Airelles du Mont Ida se rencontrent dans des clairières de la forêt domaniale du Mézenc.

 

Les Alchémilles

 

Les Alchémilles forment un groupe important de la famille des  Rosacées. Leur identification délicate rebute souvent le botaniste amateur. Plusieurs sections ou groupes ont été distingués. Le groupe de l’Alchémille des alpes  regroupe dans le massif du Mézenc les espèces : Alchemilla alpina, A. alpigena,  A. conjuncta, A. pallens , A saxatilis, A. transiens. Cette section se reconnait  à ses feuilles à 5 – 9 segments, découpés presque jusqu’à la base, à face supérieure glabre, et à face inférieure soyeuse au moins dans leur jeunesse, présentant souvent un aspect argenté. Les fleurs des alchémilles sont petites, verdâtres ou jaunes-verdâtres groupées en glomérules au sommet de tiges et dépassant les feuilles. Plantes des étages montagnard et subalpin.

 

 

 

Les Androsaces

 

Les Androsaces sont majoritairement des plantes de haute montagne. Elles appartiennent à la famille des Primulacées. L’androsace de Haller : Androsace halleri L., très proche de l’Androsace carnea (synonyme : Androsace carnea subsp. rosea (Gremli) se rencontre dans les landes et pelouses de l’étage subalpin des Vosges du Massif Central et des Pyrénées Orientales. Cette petite plante de 5 à 12 cm, brièvement pubescente, possède de nombreuses feuilles très étroites  de 1 à 2,5 cm de long, recourbées au sommet, et disposées en rosette dense. Pédoncule nu portant de 2 à 6 (8) fleurs en entonnoir, à cinq lobes d’un rose assez vif, disposées en ombelle serrée. Plante présente sur le versant Ardéchois plus rare sur le versant de la Haute Loire.

 

 

 

 

L’Anémone printanière

 

Dès le mois d’avril, ou début mai, l’Anémone printanière : Anemone vernalis L. (Synonyme : Pulsatilla vernalis) une renonculacée, apparait sur  les landes et pelouses subalpines encore en  tenue hivernale. Plante de 5 à 15 cm à feuilles de la base assez coriaces à 3 – 5 segments, larges  et incisées au sommet; Tige munie sous la fleur d’un involucre à folioles découpées en lanières jusqu’à la base, et abondamment couvertes de long poils roussâtres, ainsi que la tige. Corole grande en cloche en début de floraison, à 6 pétales (tépales) blancs en dedans, rose-violacés et très poilus à l’extérieur.  Plante subalpine des Vosges, Alpes, Pyrénées et du Massif Central sur les sommets les plus élevés du Mézenc, des monts du Cantal et du Mont Lozère.

 

 

 

 

 

L’Anténaire dioïque

 

L’Anténaire dioïque ou pied de chat: Antennaria dioica (L.) Gaertn., appartenant à la famille des Astéracées, est une modeste plante dioïque blanche cotonneuse, munie de stolons, émettant de nombreuses rosettes de feuilles spatulées de 1 à 3 cm de long. Tige de 5 à 20 cm dressée, à feuilles linéaires, appliquées contre elle. Inflorescence composée de 2 à 15 capitules unisexués,  blancs ou rosés, à bractées allongées-linéaires dans les capitules des pieds femelles, larges et ovales dans les capitules des pieds mâles. Présente dans toutes les montagnes, aux étages montagnard et subalpin, dans les pelouses sèches et ensoleillées. Très rare en plaine.

 

 

 

 

Les fougères atypiques

 

Fougères atypiques par leur  forme, les espèces du genre Botrychium sont rattachées à la famille des Ophioglossacées. Le botryche lunaire: Botrychium lunaria (L.) ne dépasse que rarement 15 cm. Il ne comporte qu’une seule fronde (feuille) se séparant bien au dessus du sol, souvent vers le milieu en une partie stérile divisée en lobes chlorophylliens en forme de demi-lune et une partie fertile ramifiée dans le haut et portant des amas de sporanges jaunâtres. Une autre espèce  de Botrychium: Botrychium matricariifolium extrêmement rare à jadis été signalée dans le massif du Mézenc (Saint Front), cette fougère se distingue de B. lunaria pas sa feuille dont la partie stérile possède des lobes très découpés. Dans toutes les montagnes, en voie de disparition en plaine.

 

 

La Callune

 

La Callune ou fausse bruyère: Calluna vulgaris L. de la famille des Ericacées, peut former des landes étendues. C’est un sous-arbrisseau de 30 cm à 80 Cm, tortueux et diffus, à nombreux rameaux. Ses feuilles sont très petites, opposées, linéaires, imbriquées sur quatre rangs, avec deux pointes à la base; elles sont appliquées contre la tige (étalées et verticillées chez les vraies bruyères du genre Erica). Fleurs à calices simulant une corole (calice pétaloïde) à sépales roses, libres ; corole plus courte que le calice, en cloche à 4 lobes. Espèce des landes de l’étage collinéen jusqu’au subalpin, dans toute la France, parfois dans les bois clairs et les tourbières en voie d’assèchement.

 

 

 

 

La Carex des bruyères

 

Le Carex des bruyères : Carex ericetorum Pollich, de la famille des Cypéracées, est un petit carex de 5 – 30 cm, muni de stolons, à feuilles de la base persistantes, de 2 à 4 mm de large.  Tige dressée munie au sommet d’un seul épis mâle épaissi en massue, et de 1 à 3 épis femelles rapprochés, situés en dessous, à utricules (organe renflé renfermant les organes femelles, souvent terminé en forme de bec laissant passer les styles) munis d’une écaille appliquée plus courte qu’ eux. Ecaille arrondie au sommet, et à pourtour largement membraneux et cilié. Ces derniers caractères permettent d’identifier ce Carex. Plante vernale des pelouses et landes montagnardes et subalpines du Mézenc et de la Margeride; très rare en Haute Loire.

 

 

 

La Crépide à grandes fleurs

 

La Crépide à grandes fleurs: Crepis conyzifolia (Gouan) A.Kern., (Synonyme : Crepis grandiflora (All.) Tausch), appartenant à la famille des Astéracées, est une plante robuste de 20 à 70 cm à tige ramifiée, poilue visqueuse. Feuilles de la base grossièrement dentées ou sinuées, en rosette fournie, celles de la tige peu nombreuses, lancéolées, embrassant la tige ou non. Inflorescence composée de  2 à 6 capitules à involucre assez gros ; fleurs assez grandes, jaunes toutes ligulées. Dans les landes et pelouses montagnardes et subalpines des Alpes, du Massif Central et des Pyrénées.

 

 

 

 

 

Le Genêt prostré

 

le Genêt prostré ou Cytise rampante : Cytisus decumbens (Durnade) Spach, (synonyme: Genista prostrata Lam.), est un petit genêt couché sur le sol de 5 à 50 cm de long, glabre ou velu à feuilles simples, alternes Il se rencontre dans les landes montagnarde et subalpine du massif du Mézenc parfois en compagnie du genêt poilu avec lequel il peut être confondu. On le distingue de ce dernier par ses fleurs solitaires ou groupées par 2 au sommet de longs pédoncules dressés, formant une longue grappe unilatérale. De l’étage collinéen à l’étage subalpin dans le Nord-est de la France, le Massif Central, les Causses et les Pyrénées.

 

 

 

 

 

Le Lycopodes des Alpes

 

Dans les landes sommitales ou sur les replats des escarpements rocheux, se rencontre le très rare Lycopode des Alpes: Lycopodium alpinum L. (synonyme: Diphasiastrum alpinum (L.) Holub, ). Ce lycopode possède une longue tige rampante émettant  de fortes racines et des nombreux rameaux courts dressés et ramifiés, à feuilles petites lancéolées-aigües, appliquées contre les tiges et évoquant les rameaux des cyprès,. Certains de ces rameaux sont prolongés par des épis écailleux, jaunâtres à maturité, portant les sporanges. Plante des Vosges, Alpes, Massif Central, Pyrénées, Corse.

 

 

 

 

 

La Camarine noire

 

La Camarine noire: Empetrum nigrum L. de la famille des Ericacées est un sous-arbrisseau de 20 à 30cm, vert foncé, à tige couchée très feuillée au sommet évoquant l’aspect d’une bruyère. Feuilles petites étalées, arrondies au sommet, Fleurs blanches ou rosées, très petites à 6 divisions. Le fruit est une drupe sphérique rouge devenant noire à maturité. Cette plante présente dans les Alpes et les Pyrénées est très rare dans les landes subalpines du Massif central.

 

 

 

 

 

 

 

 

L’Euphraise naine

 

L’Euphraise naine: Euphrasia minima Jacq. ex DC., appartenant depuis peu à la famille des Orobanchacées, est une plante hémiparasite, comme la majorité des plantes de cette famille. D’une taille de 5 à 10 cm rarement plus, elle possède une tige grêle simple ou peu ramifiée, pubescente ; ses feuilles sont petites, profondément dentées, à dents non aristées (Sans arête au sommet). Corolle longue de 4 – 7 mm à deux lèvres généralement jaunes souvent rayées de pourpre, parfois blanches ou lilas. Se rencontre dans les pelouses et landes subalpines, Dans les Alpes, les Pyrénées et le Massif Central.

 

 

 

 

 

Le Gaillet des rochers

 

Le Gaillet des rochers: Galium saxatile L. appartenant à la famille des rubiacées, forme sur les pelouses, landes et bords des chemins forestiers des tapis serrés de rameaux stériles couchés à feuilles petites, ovales-lancéolées, disposées en verticilles rapprochés. Les rameaux fertiles sont redressés et portent des feuilles un peu plus longues, en verticilles plus espacés que chez les rameaux stériles. Inflorescence en cyme  le long et au sommet de la tige, à fleurs petites, blanches, à quatre lobes pointus, étalés.  Répandu dans toutes les montagnes siliceuses ainsi que dans l’ouest Bretagne et  Normandie .

 

 

 

 

 

 

Le Genêt d’Angleterre

 

Le Gaillet des rochers: Galium saxatile L. appartenant à la famille des rubiacées, forme sur les pelouses, landes et bords des chemins forestiers des tapis serrés de rameaux stériles couchés à feuilles petites, ovales-lancéolées, disposées en verticilles rapprochés. Les rameaux fertiles sont redressés et portent des feuilles un peu plus longues, en verticilles plus espacés que chez les rameaux stériles. Inflorescence en cyme  le long et au sommet de la tige, à fleurs petites, blanches, à quatre lobes pointus, étalés.  Répandu dans toutes les montagnes siliceuses ainsi que dans l’ouest Bretagne et  Normandie .

 

 

 

 

 

Le Genêt poilu

 

Autre genêt très présent dans les landes ; le Genêt poilu : Genista pilosa L. sous-arbrisseau de 20 à 50 cm à tiges souvent rampantes, fortement striées. Feuilles ovales, velues-soyeuses en dessous. Fleurs Jaunes, papilionacées, solitaires ou groupées par 2-3  et disposées en une longue grappe feuillée. Plante commune surtout dans les montagnes dans tout l’est de la France rare dans le sud-ouest, absente en Corse. Plante atteignant la base de l’étage subalpin au Mézenc. Parfois très abondant et formant en association avec la callune des landes étendues, en particulier aux abords du Mézenc.

 

 

 

 

 

Millepertuis de Richer

 

Plante de la famille des hypericacées le Millepertuis de Richer : Hypericum richeri Vill. subsp. richeri., se distingue des autres millepertuis de la région par sa tige ronde sans lignes apparentes, de couleur verte pâle, et par ses feuilles opposées, ovales, élargies à la base, parfois bordées de petites glandes noires et de couleur plus ou moins glauque. Fleurs grandes groupées au sommet de la tige, Sépales lancéolés profondément frangés sur les bords et couverts de glandes noires. Pétales allongés, également ponctués de noir. Plante des Alpes, du Massif Central (uniquement au Mont Mézenc), et des Pyrénées ou il est remplacé par une sous espèce très proche: Hypericum richeri subsp. burseri (DC.) Nyman.

 

 

 

Le Sénéçon à feuilles d’Adonis

 

Récemment incorporé au genre Jacobaea, le séneçon à feuilles d’Adonis : Jacobaea adonidifolia (Loisel.) Mérat (Synonyme : Senecio adonidifolius Loisel.) appartient à la famille des astéracées. Plante de 30 à 70 cm à tige raide, ramifiée dans le haut. Feuilles  découpées en lanières très étroites, inflorescence en corymbes denses .Capitules de fleurs jaunes : celles du pourtour à ligules longues et étalées, celles du centre tubuleuses. Plante commune du Plateau Central et des Pyrénées, jusqu’à l’étage subalpin, se rencontre dans de nombreux milieux rochers, éboulis, Landes, bords des routes et chemins.

 

 

 

 

 

La Jasione lisse

 

La jasione lisse: Jasione laevis Lam., de la famille des Campanulacées, est une plante de 20 à 40 cm, à souche stolonifère, produisant des colonies plus ou moins denses. Tige non ramifiée, seulement feuillée dans le bas, à feuilles glabres oblongues-lancéolées, planes, non dentées, ciliées. Inflorescence en tête globuleuse de 2 à 3 cm de diamètre, involucre à bractées dentées, Fleurs d’un beau bleu. Se rencontre de l’étage montagnard à l’étage subalpin des Vosges, Massif Central des Pyrénées et en Corse.

 

 

 

 

 

 

 

La Platanthère à deux feuilles

 

Orchidées des landes et pelouses, des lisières de pinèdes, la platanthère à deux feuilles : Platanthera bifolia (L.) Rich. possède une tige robuste de 20 à 60 cm munie à la base de deux, parfois trois grandes feuilles ovales ou oblongues, arrondies au sommet, et de 2 à 5 feuilles sur la tige, étroites et lancéolées.  Fleurs blanches ou blanc-jaunâtre, à 3 sépales, étalés, pétaloïdes (ressemblants à des pétales) et 3 pétales, deux disposés en casque, le troisième, le labelle, long et pendant. Eperon long et fin. Anthère à loges polliniques rapprochées et parallèles. Plante présente dans toute la France plus rare sur les façades maritimes ; de la plaine à l‘étage montagnard inférieur.

 

 

 

 

La Platanthère des montagnes

 

Très proche de la Plathanthère à deux feuilles, et plus montagnarde que cette dernière, la Platanthère des montagnes ou plantathère à fleurs verdâtres : Platanthera chlorantha (Custer) Rchb., se distingue de celle-ci par son éperon légèrement épaissi à l’extrémité et surtout par ses anthères écartées l’une de l’autre à la base et convergentes au sommet. Fleurs parfois d’un blanc verdâtre. Elle se rencontre dans les mêmes milieux que la platanthère à deux feuilles, principalement à l’étage Montagnard.

 

 

 

 

 

 

Le Sceau de Salomon

 

Espèce appartenant anciennement à la famille des Convallariacées, maintenant à la famille des Asparagacées: le Sceau de salomon verticillé : Polygonatum verticillatum (L.) All. est une plante de 40 à 60 cm à tige  nue à la base, feuillée dans le haut. Feuilles verticillées par 4-5, linéaires – lancéolées à nervures parallèles. Fleurs, petites, en cloche pendantes, blanches, verdâtres au sommet. De une à trois  fleurs sont portées sur des pédoncules verticillés autour de la tige au niveau des feuilles. Les fruits sont des baies rouges,  violacées à maturité. De l’étage montagnard à l’étage subalpin : dans les Ardennes, les Vosges, le Jura, les Alpes, le Massif Central et les Pyrénées.

 

 

 

 

L’Orchis blanc

 

Discrète Orchidée des landes et des pelouses subalpines, l’Orchis blanc: Pseudorchis albida (L.) A. & D. Love est une plante de 10 à 30 cm à tige dressée munie de 3 à 6 feuilles; celles de la base oblongues, à sommet plus ou moins arrondi, celles de la tige lancéolées. Inflorescence en épis allongé, dense, formé de nombreuses petites fleurs  blanches ou jaunâtres. Sépales et pétales formant un casque peu ouvert, labelle à trois lobes linéaires.  Eperon très court courbé.  Plante présente dans les Vosges, le Jura (où elle est rare), Alpes, Massif central, Pyrénées, Corse (très rare) disparue en plaine –  très rare dans la région du Mézenc.

 

 

 

 

La Sérratule

 

La Sérratule ou Sarette des teinturiers: Serratula tinctoria L., appartenant à la famille des astéracées, est une plante de 30 à 80 cm à tige ramifiée, feuilles assez rudes au toucher, finement dentées, les inférieures entières ou peu découpées, celles de la tige profondément découpées en lobes étroits. Inflorescence formée de nombreux capitules allongés, disposés en corymbe, Involucre à bractées rougeâtres. Fleurs violettes toutes tubulaires. Plante présente dans une grande partie de la France de l’étage planitaire à l’étage subalpin. Les plantes rencontrées dans le massif du Mézenc semblent correspondre à la sous-espèce monticola,  sous-espèce montagnarde à inflorescence condensée et à capitules plus gros.

 

 

 

Le Sorbier petit néflier

 

Arbuste nain de 30 à 150 cm., le Sorbier petit néflier ou Alisier nain Sorbus chamaemespilus (L.) Crantz se rencontre dans les landes et mégaphorbiaies de l’étage subalpin. Appartenant à la famille des Rosacées, cet arbuste possède des feuilles ovales, vertes et glabres et luisantes sur les deux faces, très finement dentées et groupées au sommet des rameaux. Fleurs petites, d’un rose plus ou moins vif, disposées en petits corymbes. Les fruits sont des drupes d’environ 1 cm de diamètre, de couleur rouge orangée à maturité. Présente dans les Vosges le Jura, les Alpes, le Massif Central, et les Pyrénées.

 

 

 

 

 

La Myrtille

 

La myrtille ou airelle myrtille: Vaccinium mirtyllus L., est un sous arbrisseau de la famille des Ericacées, de 15 à 50 cm de haut,  à tiges ramifiées anguleuses-ailées vertes. Feuilles ovales aiguës, caduques, vertes, dentées. Fleurs à corolle d’un blanc verdâtre ou rose en forme de grelot globuleux très fermé au sommet et terminé par 5 petits lobes retroussés en dehors. La baie ou myrtille, appelée airelle dans la région, est activement recherchée  pour son goût savoureux, légèrement acidulé.  Plante des forêts de feuillus ou de résineux aux étages inférieurs elle se retrouve en pleine lumière en compagnie d’autres airelles dans les landes des étages montagnard supérieur et subalpin.

 

 

 

L’Airelle des marais

 

L’airelle des marais: Vaccinium uliginosum L., au port identique à l’airelle myrtille se distingue facilement de cette dernière par ses feuilles ovales arrondies au sommet, caduques, de  couleur glauque surtout en dessous, et par ses baies à chair blanche à l’intérieur. Rameaux ligneux, arrondis, grisâtres. Fleurs petites à corolles blanches ou rosées en forme de grelot et à lobes retroussés à l’extérieur. Le fruit est une baie ressemblant extérieurement à celle de l’airelle myrtille mais au gout insipide. Plante des landes à éricacées souvent, dans la région, en compagnie de la myrtille, se rencontre aussi dans les tourbières. Espèce présente dans toutes les montagnes à l’exception de la Corse.

 

 

 

 

L’Airelle du mont Ida

 

L’airelle des marais: Vaccinium uliginosum L., au port identique à l’airelle myrtille se distingue facilement de cette dernière par ses feuilles ovales arrondies au sommet, caduques, de  couleur glauque surtout en dessous, et par ses baies à chair blanche à l’intérieur. Rameaux ligneux, arrondis, grisâtres. Fleurs petites à corolles blanches ou rosées en forme de grelot et à lobes retroussés à l’extérieur. Le fruit est une baie ressemblant extérieurement à celle de l’airelle myrtille mais au gout insipide. Plante des landes à éricacées souvent, dans la région, en compagnie de la myrtille, se rencontre aussi dans les tourbières. Espèce présente dans toutes les montagnes à l’exception de la Corse.