Flore des prairies sèches, pelouses et nardaies

Les pelouses sèches sont des formations végétales rases composées essentiellement de plantes herbacées vivaces, sur un sol assez pauvre en éléments nutritifs et drainant. L’eau s’infiltre rapidement dans les couches profondes du sol, laissant en surface un substrat sec et compact, soumis à un éclairement intense. Une des conditions nécessaire à l’installation de ces habitats est la sécheresse ayant pour origine:

 

– le microclimat, lié à la pente, à l’exposition, à l’effet d’abri à cause des reliefs ou à l’existence de vents forts.

 

–  la nature du sol, certains substrats retenant plus ou moins l’eau (sables par rapport aux argiles) ou s’échauffant plus ou moins vite au soleil (basaltes par rapport aux granites). De plus, les sols très peu épais, directement sur la roche-mère, ont une très faible réserve hydrique utile.

On y trouve  des espèces annuelles, des plantes bulbeuses, des mousses, des lichens et des petits ligneux. De nombreuses espèces végétales et animales rares sont très fortement inféodées à ce type de milieu, comme certaines orchidées, des lépidoptères (papillons), des reptiles ou des oiseaux.  Les pelouses sèches présentent un intérêt patrimonial certain ; elles accueillent 26 % des plantes protégées de France (Source : réseau des Conservatoires d’Espaces Naturels).

 

L’Anémone rouge

 

L’Anémone rouge ou Pulsatille rouge, Anemone rubra Lam. (Synonyme Pulsatilla rubra (Lam.) Delarbre), de la famille des Renonculacée, est une plante des pelouses sèches et des landes, mesurant de 10 à 30 cm., velue-soyeuse, à feuilles de la base profondément découpées en segments linéaires ; bractées de l’involucre  situées sur la moitié supérieure de la tige, sessiles divisées en lanières. Fleurs penchées d’un pourpre noirâtre à 6 tépales souvent refermés en cloche et s’ouvrant au soleil laissant apparaitre de nombreuses étamines jaunes. Le fruits est un akène surmonté par une longue arête plumeuse. Cette anémone est proche de l’anémone pulsatille, inconnue dans la région. Plante des Alpes, Massif Central et Pyrénées.

 

 

L’Arnica des montagnes

 

Plante de la famille des Astéracées, l’Arnica des montagnes Arnica montana L. dresse une  tige droite de 20 à 60 cm, simple ou souvent rameuse à trois ou quatre divisions au sommet. Feuilles de la base ovales ou oblongues, un peu épaisses disposées en rosette, celles de la tige opposées. Fleurs  tubuleuses au centre et ligulées à la périphérie, groupées en grand capitule atteignant 7 à 8 cm de diamètre, d’un beau jaune doré. Plante utilisée contre les traumatismes et les ecchymoses en médecine  allopathique ainsi qu’en homéopathie. Plante des montagnes Vosges, Alpes, Massif Central et Pyrénées,  pouvant descendre en plaine.

 

 

 

 

Le Buplèvre

 

Apiacée des pelouses et rochers des sommets, le Buplèvre fausse-renoncule: Bupleurum ranunculoides L. ne dépassant pas 50 cm., souvent beaucoup moins, possède une tige peu ramifiée à feuilles basales, étroites, lancéolées ; celles de la tige élargies à la base, embrassant la tige. Fleurs disposées en ombelles de 4 -10 rayons, à ombellules munies à la base de 5 à 6 folioles ovales, jaunes, égalant ou dépassant  les rayons de l’ombellule. Fleurs petites, jaune d’or, à pétales recourbés en dedans. Plante connue seulement sur le versant Ardéchois. Montagnes : Jura, Alpes, Massif Central, Pyrénées.

 

 

 

 

 

 

La Carline à feuilles d’Acanthe

 

La Carline à feuilles d’Acanthe : Carlina acanthifolia All., est une plante sans tige (acaule) de la famille des Astéracées. Elle se rencontre rarement sur les pelouses basaltiques de moyenne altitude. Ses feuilles disposées en rosette de 50 cm de diamètre, épineuses, pubescentes, sont appliquées sur le sol ; au centre un gros capitule sessile atteignant 10 cm de diamètre porte des fleurs toutes tubulaires. Involucre à bractées extérieures et moyennes épineuses, les supérieures jaunâtres, rayonnant autour du capitule. Elles se rabattent sur les fleurs par temps humide d’où le nom de « baromètre » qui lui est attribuée. Plante des Alpes du Massif Central et des Pyrénées.

 

 

 

L’œillet des bois

 

L’Œillet des bois ou œillet de Seguier est une caryophyllacée récemment renomée: Dianthus seguieri Vill. subsp. pseudocollinus (P.Fourn.) Jauzein. (Synonyme Dianthus sylvaticus Hoppe) Plante à tige anguleuse de 15 à 40 cm., à feuilles molles, linéaires, opposées par deux. De 1 à 5 fleurs disposées au sommet de la tige, à cinq pétales contigus d’un rose soutenu à rouges, grands, souvent marqués vers le centre par des ponctuations  ou des lignes pourpres formant une couronne. Plante  souvent disposée en colonies assez fournies . Plante des Alpes du Massif Central et des Pyrénées, la sous-espèce pseudocollinus étant spécifique au Massif Central (microendémique).

 

 

 

 

La Gentianelle champêtre

 

La gentianelle  champêtre : Gentianella campestris (L.) Borner, est une gentianacée  qui se rencontre entre juin et septembre dans les pâturages et landes montagnardes et subalpines. Sa tige raide  de 5 à 25 cm, rameuse à feuilles entières, ovales-oblongues, en rosette à la base et opposées au-dessus . Fleurs violettes de trois centimètres portées par des pédoncules axillaires et terminal. Calice à quatre sépales dont deux grands recouvrant les deux autres ; corole en tube avec une couronne lacérée à la gorge et terminée par quatre lobes étalés à la floraison. Plante des montagnes des Vosges aux Pyrénées.

 

 

 

 

 

 

La Marguerite de Delarbre

 

La Margueritte de Delarbre: Leucanthemum delarbrei Timb.-Lagr. ex Lamotte, très proche de la Margueritte vulgaire ne se distingue de cette dernière que par les bractées de son involucre bordées d’un liseré noir (Brun chez Leucanthemum vulgare Lamk.) .Elle se rencontre sur les plus hauts sommets : Mézenc, Mont d’ Alambre, formant  parfois des touffes fournies. Souvent confondue avec Leucanthemum vulgare.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Luzule en épis

 

Plante des pelouses et Landes subalpines, la Luzule en épis : Luzula spicata (L.) DC., de la famille des Joncacées, est une plante grêle de 10 à 40 cm., à feuilles de la base étroites légèrement canaliculées (creusée d’une petite goutière), légèrement poilues, celles de la tige un peu plus larges. Inflorescence penchée, fleurs noirâtres ou d’un brun très foncé, en épis serrés, allongés, dépassant les feuilles florales,. Plante des montagnes : Jura, Alpes, Cévennes et Auvergne, Pyrénées et Corse.

 

 

 

 

 

 

 

La Luzule des sudètes

 

Une autre luzule des combes à neige, des pelouses et landes humides subalpines,  que l’on peut rencontrer est  la rare luzule des sudètes : Luzula sudetica (Willd.) Schult., Proche de la Luzule multiflores sous-espèce congesta, elle se distingue de cette dernière  par son inflorescence plus condensée de couleur noirâtre, disposée en ombelle de 3 à 7 épis arrondis, dépassés longuement  par une des feuilles florale. Plante de 15 à 40 cm., à feuilles étroites, peu poilue. Plante des Vosges, des Alpes du Massif Central et des Pyrénées.

 

 

 

 

 

 

Le Nard raide

 

Graminée aisément identifiable, le Nard raide Nardus stricta L., forme des touffes épaisses de tiges et de feuilles enroulées, filiformes, piquantes, à ligule (petit organe situé entre la gaine et le début du limbe de  la feuille chez les graminées) ovale ou lancéolée. Tige raide à un seul nœud ; épillets sessiles, violacés, étagés en épis unilatéral assez lâche à fleur unique. Anthères grandes, blanches, permettant de repérer la plante de loin lors de la floraison. Plante refusée par le Bétail, présente dans tout le pays surtout dans les montages.  Les formations végétales majoritairement couvertes par cette graminée prennent le nom de  nardaies.

 

 

 

 

Le Tabouret bleuâtre

 

Le Tabouret bleuâtre: Noccaea caerulescens (J.Presl & C.Presl) F.K.Mey. subsp. virens (Jord.) Kerguélen , (Synonyme: Thlaspi virens Jord.), est une modeste plante de 10 à 30 cm de la famille des Brassicacées (ex. Crucifères), glauque, glabre dressée, Feuilles radicales obovales, les caulinaires à oreillettes arrondies, Fleurs à 4 pétales, petites à anthères violettes, en grappe resserrée. En altitude la sous-espèce virens se reconnait à ses fleurs plus grandes et ses feuilles de la rosette de la base vertes (virens). Sous-espèce du Massif Central.

 

 

 

 

 

Le Lis de Saint-Bruno

 

Un des joyaux de la flore alpine, le Lis de Saint Bruno ou Paradisie faux lis : Paradisea liliastrum (L.) Bertol. , se rencontre exceptionnellement sur les plus hauts sommets. Appartenant à la famille des Asparagacées cette plante peut atteindre 70 cm. Ses feuilles étroites partent de la base et sont canaliculées., Sa tige élancée, nue ou peu feuillée porte de  2 à 10 grandes fleurs unilatérales. Fleurs d’un blanc pur, périanthe de 4 à 5 cm., en entonnoir, à 6 divisons libres jusqu’à la base, parfumées. Plante du haut Jura, Alpes, Massif Central où elle est très rare (Mézenc, Cantal, Mont Aigoual), Pyrénées.

 

 

 

 

 

La Fétuque paniculée

 

Grande et robuste graminée d’environ 1 m, formant des touffes plus ou moins nombreuses dans les  pelouses, landes et endroits rocheux de l’étage subalpin, parfois à l’étage montagnard, la fétuque paniculée, récemment classée dans un genre particulier sous le nom de: Patzkea paniculata (L.) G.H.Loos, possède une souche renflée dépassant 1 cm de large. Ses feuilles dressées, glauques en dessus, sont plus ou moins enroulées, et mesurent  de 2 à 6 mm, de large. La Panicule penchée, roussâtre est composée de gros épillets renfermant  3 à 6 fleurs. Graminée des Alpes, du Massif Central et des Pyrénées.

 

 

 

 

 

La Pédiculaire chevelue

 

La Pédiculaire chevelue ou Pédiculaire à toupet: Pedicularis comosa L., est une plante hémiparasite, justifiant son classement dans famille des Orobanchacées (regroupant des plantes parasites et hémiparasites). D’une taille de 10 à 40 cm, cette pédiculaire pubescente possède une grosse tige raide, feuillée, à feuilles de la base grandes, divisées en nombreux segments eux-mêmes profondément dentés, feuilles de la tige plus petites. Inflorescence en grappe fournie, sous-tendue par de grandes bractées foliacées plus ou moins rabattues sur la tige.  Fleurs d’un jaune pâle, corole à casque arqué à bec court, muni de deux petites dents. Plante des Alpes, du massif Central et des Pyrénées. Actuellement connue que sur le versant Ardéchois du Massif du Mézenc.

 

 

La Raiponce hémisphérique

 

La raiponce hémisphérique: Phyteuma hemisphaericum L. est une campanulacée de petite taille dépassant rarement une quinzaine de cm.,  formant de petites touffes. Feuilles de la base très étroites linéaires longues, celles de la tige plus courtes et un peu plus larges. Inflorescence en capitule hémisphérique à bractées étroites plus courtes que les fleurs. Fleurs d’un bleu soutenu. Plante des pelouses,  landes, replats rocheux, à l’étage subalpin des Alpes du Massif Central et des Pyrénées.

 

 

 

 

 

 

 

La Potentile dorée

 

Plusieures potentilles de la famille des Rosacées, se rencontrent dans les landes montagnardes, outre la potentille tormentille reconnaissable à ses quatres pétales jaunes, d’autres potentilles plus montagnardes telle la potentille dorée : Potentilla aurea L. , se rencontrent aux étages montagnard supérieur et subalpin. Plante d’environ 20 cm à fleurs, assez grandes, possédant une corolle à 5 pétales jaunes marquées à la base d’une tâche orangée . Tige à poils appliqués. Feuilles à 5 folioles bordées d’une ligne soyeuse argentée, à dents terminées par des poils . Montagnes : Vosges, Jura, Alpes, Massif Central et Pyrénées.

 

 

 

 

 

Le liondent des Pyrénées

 

Le Liondent des Pyrénées, plante de la famille des Astéracées, récemment affectée au genre Scozoneroides sous le nom de Scorzoneroides pyrenaica (Gouan) Holub (Synonyme: Leontodon pyrenaicus Gouan), est une plante de 15 à 30 cm., ses feuilles basales sont disposées en rosette elles sont de forme oblongue, entières (= non dentées) ou sinuées, glabres ou un peu poilues, à limbe longuement atténué en pétiole. Celles de la tige sont réduites à quelques écailles. Fleurs jaunes toutes ligulées, disposées en capitule unique à involucre étroit, insensiblement atténué en entonnoir. Plante des Vosges, des Alpes, du Massif Central et des Pyrénées.

 

 

 

 

Le sédum Alpestre

 

Petite plante de la famille des Crassulacées, le Sédum alpestre: Sedum alpestre Vill., se rencontre très rarement sur les rochers et pelouses subalpines. Mesurant de 2 à 5 cm d’un vert foncée devenant rougeâtre à la floraison, formant des touffes plus ou moins étendues avec souvent de nombreuses  rosettes stériles. Feuilles petites, charnues presque ovoïdes inflorescence en corymbe contracté, fleurs à pétales  d’un jaune assez clair, ovales à plus ou moins aigus au sommet. En altitude, on peut le confondre avec des exemplaires nanifiés du Sedum annuel: Sedum annuum L., vérifier la présence de rejets stériles et la forme arrondie des pétales. Plante des Vosges, des Alpes, du Massif Central et des Pyrénées.

 

 

 

Thésie des Alpes

 

Petite plante de la famille des Santalacées le Théson ou Thésie des Alpes: Thesium alpinum L. , possède des tiges assez grêles, étalées, généralement simples, à feuilles étroites, linéaires, longues de 10 à 30 cm. généralement orientées vers le haut ; inflorescence en grappe lâche paraissant plus ou moins unilatérale, fleurs blanches à pédoncules courts, majoritairement à quatre pétales triangulaires. Plante des régions montagneuses de l’est de la France.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le trèfle des Alpes

 

Le trèfle des Alpes: Trifolium alpinum L., une Fabacée, appelé aussi réglisse des alpes évoquant la saveur de sa racine, est une belle plante pouvant former de grosses touffes (rarement dans le massif du Mézenc). Feuilles grandes, sortant d’une souche longue et épaisse, à trois folioles lancéolées-linéaires fortement nervées et très finement dentées. Sa tige  courte porte une grande fleur rouge sur les ailes, rouge plus pâle ou rose sur la carène. Ce trèfle est relativement rare dans la région du Mézenc. Plante des alpes du Massif Central et des Pyrénées.

 

 

 

 

 

 

 

La Tulipe Sylvestre

 

Magnifique petite tulipe apparaissant tôt dans la saison, d’avril à juin, suivant l’altitude, la tulipe sylvestre sous espèce australe: Tulipa sylvestris L. subsp. australis (Link) Pamp. C’est une plante de 20 à 30 cm à tige grêle naissant d’un petit bulbe et portant une seule fleur  de deux à trois cm., à six divisions presque égales, longues de 2 à 4 cm., d’un jaune soutenu, toutes lavées de rouges ou marquées d‘une ligne rouge à l’extérieur sur trois tépales. A la base, elle possède deux à trois feuilles linéaires, étroites atteignant environ la moitié de la tige. Plante des pelouses sèches, est de la France au sud d’une ligne de l’Ain au sud du Massif Central  et aux Pyrénées.

 

 

 

 

 

Pensée des Vosges

 

La pensée des Vosges ou violette Jaune sous espèce Jaune: Viola lutea Huds. subsp. lutea mentionnée dans les anciennes Flores comme violette des sudètes : Viola sudetica Willd., est une pensée à grandes fleurs (jusqu’à plus de 3 cm, de haut), d’un violet profond  à gorge jaune, (ce que ne laisse pas supposer son nom latin) mais très rarement jaune dans notre région. Elle possède 4 pétales supérieurs redressés, et un inférieur dirigé vers le bas;  Elle est munie d’un long éperon 2 à 3 fois plus long que les appendices du calice. Plante des Vosges, et du Massif Central.

 

 

 

 

 

 

La Violette tricolore

 

La violette tricolore des rochers de la famille des Violacées : Viola tricolor subsp. saxatilis (F.W.Schmidt) Arcang. est une autre pensée, sous espèce de la violette tricolore. De détermination difficile, anciennement dénommée Viola vivariensis, elle fréquente les pelouses et les landes d’altitude ou elle forme des colonies assez importantes. Plante à souche très ramifiée, cette sous espèce à fleurs plus grandes que l’espèce type,  a les pétales supérieurs plus ou moins teintés de violet ou entièrement blancs, l’inférieur blanchâtre à jaune souvent rayé de pourpre. Se rencontre dans toutes les montagnes des Vosges aux Pyrénées excepté en Corse.